Le financement des obsèques avec la sécurité sociale et la caisse de retraite

Le financement au préalable des obsèques est un bon moyen pour soulager les proches des charges compte tenu des funérailles. Plusieurs personnes âgées optent déjà pour ce type de placement pour appréhender au préalable le déroulement de leurs obsèques. On peut choisir entre plusieurs formules proposées par les assureurs. Il y a aussi plusieurs modalités de financement, mais nous allons choisir le paiement avec la sécurité sociale et le paiement avec la caisse de retraite.

 

Le financement avec la sécurité sociale

 

Quand le décès d’un individu survient pendant la période d’activité de salarié, la caisse primaire de l’assurance maladie doit verser aux héritiers une somme d’argent, un capital décès pour les obsèques du défunt. On peut alors s’inscrire librement aux assurances complémentaires santors.

Le capital est reversé à priori au conjoint du marié, ou pacsé, s’il n’y a pas d’héritiers directs, sinon, aux ascendants (les parents, les grands-parents, les arrière-grands-parents). Concernant les décès qui se sont survenus avant 2015, le capital décès est environ trois mois du salaire du salarié. Cependant, il y a quandmême une limite : un montant minimum de 380,40 euros et un montant maximum de 9 510 euros. Mais en 2015, on a imposé un montant forfaitaire de 3 400 euros.

 

Le financement avec la caisse de mutuelle ou de retraite

 

Dans certains cas, il se peut que la caisse de retraite, l’organisme de mutuelle participent aux dépenses durant les funérailles. Cela se fait par le détour d’une prime. En fonction desclauses du contrat, il est possible que cela soit :

  • Un capital précis dans les termes du contrat
  • Une prime forfaitaire

Le capital versé doit arriver :

  • Directement à l’opérateur qui est en charge des obsèques
  • Directement aux poches des personnes bénéficiaires

 

Les autres acteurs qui peuvent financer des obsèques

 

Commune, banque, notaire… Même si on n’y pense pas toujours, il y a d’autres recours.

 

La mairie du lieu de décès : si elle estime que la famille n’a pas les moyens de payer les obsèques, elle peut les prendre en charge (c’est alors elle qui choisit les pompes funèbres) ;

La banque : la banque peut autoriser les proches à utiliser jusqu’à 5 000 euros sur le compte du défunt. Généralement, la banque verse directement l’argent aux pompes funèbres ;

La succession : les héritiers directs peuvent demander au notaire de prélever la somme dont ils ont besoin sur la succession. Ce prélèvement est toutefois limité à 1 500 euros.

 

Les contrats d’assurance décès ou d’assurance obsèques

 

Le capital décès forfaitaire versé par la CPAM à la mort d’un salarié est de 3 461 €, et ne suffit pas à remplacer un salaire.. Les revenus de la famille baissent alors du jour au lendemain. Pour ne pas faire courir ce risque à votre famille, il est préférable de s’assurer pour ce genre de situation.

Vous pouvez donc anticiper et prendre une assurance obsèques qui couvrira la totalité ou une partie des funérailles.

Certains contrats d’obsèques prévoient également de faire organiser les funérailles par l’assurance. Si vous avez souscrit à une assurance décès, vos proches cités dans le contrat recevront un capital et si besoin, ils pourront s’en servir pour organiser les obsèques.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *